Révélés : Découvrez les privilégiés qui échappent totalement aux droits de succession !

Comment réduire vos frais de succession ? Découvrez les exonérations disponibles

Quand vous héritez, l’administration fiscale n’est jamais loin. En effet, vous devez obligatoirement payer des taxes pour récupérer les biens de la succession. Selon votre situation personnelle, des exonérations de droits de succession s’appliquent. On vous partage lesquelles !

La note salée des frais de succession

En matière de succession, la note peut vite être salée avec les nombreux frais. En effet, parfois l’héritage se transforme en cadeau empoisonné. Les héritiers ne peuvent pas s’acquitter de toutes les taxes et impôts, et risquent le surendettement. Par ailleurs, certaines règles ne sont pas toujours faciles à comprendre. Dans tous les cas, vous êtes redevables des droits de succession. Par chance, certains abattements et exonérations de droits de succession existent qu’on vous détaille dans les lignes qui suivent.

Quels sont les cas d’exonérations totales des droits successoraux ?

Vous pouvez être exonéré totalement des droits de succession, à condition de cocher les bonnes cases ! Tout d’abord, l’héritier doit remplir la déclaration de succession en indiquant deux choses : son lien de parenté avec la personne décédée et la somme estimée de la succession. En effet, ces deux éléments sont pris en compte par l’administration fiscale pour faire les comptes. À noter que s’il y a plusieurs héritiers précisés sur le testament, une seule déclaration suffit pour tout le monde.

Les exonérations en fonction du statut du bénéficiaire

  • Bénéficiaire marié ou pacsé: L’époux survivant est exonéré des droits de succession. C’est aussi le cas si vous étiez pacsés, d’après l’article 796-0 bis du Code général des Impôts (CGI).
  • Fratrie: frères et sœurs: Si vous héritez de votre frère ou de votre sœur, vous pouvez être exonéré des droits de succession dans les cas suivants :
    • Vous êtes célibataire, divorcé, séparé de corps ou veuf.
    • Vous avez vécu durant 5 années d’affilée avec la personne décédée avant sa mort.
    • Vous avez plus de 50 ans et/ou vous avez un handicap qui vous empêche de travailler.
  • État et institutions publiques: Si l’héritage revient à l’État ou à une institution publique, il n’y a pas de droits de succession. Par exemple, cela concerne :
    • Les organismes publics dans le milieu scientifique, culturel ou artistique.
    • Les organismes publics et hospitaliers qui sont rattachés à des régions, des départements et des communes.
    • Les organismes d’enseignement, scientifiques, d’assistance et de bienfaisance.
    • Les organismes publics de parcs nationaux.
  • Associations d’utilité publique: Si le défunt a donné son héritage à des associations reconnues d’utilité publique, ces dernières n’auront pas à payer les frais de succession. On peut citer par exemple des groupes pour la protection de l’environnement et des animaux ou d’assistance pour les individus en situation de précarité.
Lire cela :   8 secrets pour vendre votre bien immobilier en un temps record : découvrez les astuces qui cartonnent !

Les exonérations en fonction du défunt

La situation du défunt au moment de son décès est prise en compte par l’administration fiscale. Cela concerne notamment certains métiers à risques ou au service de l’État. Différents cas sont possibles et soumis à l’article 796 du Code général des Impôts (CGI) comme vous pouvez le voir ci-dessous :

Situation du défunt Détails
Victimes de guerre Militaires ou civils décédés pendant une opération de guerre
Pompiers Sapeurs-pompiers décédés lors d’une opération de secours et décorés à l’ordre de la nation
Victimes de terrorisme Individus morts en raison d’une attaque terroriste déroulée sur le territoire français ou victimes françaises à l’étranger. Les héritiers défunts ne sont plus obligés de remplir une déclaration de succession depuis le 1er janvier 2015
Policiers, gendarmes et agents de douane Personnes mortes pendant l’exercice de leur métier et mentionnés à l’ordre de la nation

Il existe aussi le cas des exonérations sur les réversions de rente viagère, régit par l’article 793 du Code général des Impôts (CGI). Tous les cas présentés ci-dessus sont totalement exonérés des droits de succession.

Les particularités de l’assurance vie

Les fonds d’une assurance-vie ne sont pas comptés dans l’actif successoral, ce qui en fait son gros atout. Les montants sont soumis à un régime spécifique et plus avantageux que le régime classique, ce qui vous permet de faire de belles économies. En effet, chaque bénéficiaire profite d’un abattement de 152 500 euros sur toutes les sommes versées sur un contrat d’assurance-vie avant 70 ans. À noter que si vous avez indiqué deux bénéficiaires, vous pouvez alors léguer jusqu’à 300 000 euros sans frais. Au-delà de ce montant, un taux s’applique :

  • Somme léguée par bénéficiaire jusqu’à 152 500 euros : 0% de taxes
  • Somme léguée par bénéficiaire de 152 500 € à 852 500 euros : 20% de taxes
  • Somme léguée par bénéficiaire au-delà de 852 500 euros : 31,25% de taxes
Lire cela :   Découvrez l'immobilier : Faut-il opter pour le neuf ou l'ancien ? Tous les avantages et les inconvénients révélés dans une déclaration à couper le souffle !

Pour les primes versées après 70 ans et supérieurs à 30 500 euros, des droits de succession s’appliquent. Dans tous les cas, le partenaire survivant (marié ou pacsé) et certains frères et sœurs du défunt sont exonérés à 100%.

Les exonérations selon le bien légué

La nature du bien est aussi prise en compte par l’administration fiscale. Ainsi, certains biens ouvrent la porte à des exonérations totales. Par exemple, s’il s’agit de :

Laisser un commentaire