Mónica Cruz, contre sa baby-sitter : “J’ai été obligée de la dénoncer pour les menaces et le chantage qu’elle m’a fait subir”


Ce mercredi 7 mars, Mónica et Penélope Cruz ont trouvé une mauvaise nouvelle dans les médias. Le magazine Semana a rapporté la plainte contre les sœurs par la gouvernante et sa baby-sitter. La raison est la prétendue irrégularité de leurs conditions de travailprétendant ne pas être affilié à la Sécurité Sociale et dépourvu du contrat correspondant.

Quelques heures plus tard, Javier Giner, l’attaché de presse de Penélope Cruz, et Mario Sol, son avocat, ont publié une déclaration commune dans laquelle ils ont clarifié la situation, démentant le lien allégué des faits avec le plus gros de la Croix, qui aurait rencontré la nounou lors du tournage de “Loving Pablo” à Bogotá. Cette déclaration précise que la femme de ménage a été “embauchée par Mónica Cruz” et “JAMAIS pour Penélope Cruz, n’ayant aucun type de relation de travail avec Penélope Cruz ou Javier Bardem”.

En raison de l’agitation causée par ce problème, la personne affectée elle-même a également voulait en parler et a publié la déclaration suivante sur son compte Instagram :

Une publication partagée par Mónica Cruz (@monicacruzoficial) sur

Vanitatis a eu une conversation avec l’avocat, qui affirme que lui et Mónica Cruz vont “aller de l’avant” pour mettre fin à cette situation. “Il y a déjà une plainte déposée contre cette femme”, a commenté l’avocat. De plus, il en a profité pour préciser qu’elle est “une femme qui il a été aidé et a été embauché un mois seulement après son arrivée en Espagne. Et, bien sûr, tous ses papiers étaient en règle. Ce n’est pas une réponse à cette aide.”

Lire cela :   Luján Argüelles et Cayetana Guillén Cuervo, parmi les invités au mariage de Fonsi Nieto et Marta Castro à Ibiza

Mónica Cruz aurait tout en ordre

Mario Sol qualifie également que “certaines des fuites de la baby-sitter mettent en danger l’intégrité de la famille” de l’actrice, raison pour laquelle les mesures légales pertinentes seront prises. Dans la déclaration envoyée par l’avocat et l’attaché de presse, il est insisté sur le fait que “cette employée de maison a été invitée en Espagne par Mónica Cruz, qui a traité son permis de séjour (qu’elle a obtenu) et qui l’a embauchée en tant que telle, en l’inscrivant à la sécurité sociale . Elle a cessé de travailler en février 2018 et a été dénoncée en février 2018 par Mme Mónica Cruz, en raison de problèmes qui seront traités en justice.” Et ils continuent d’ajouter : “Les informations que quelqu’un a divulguées aux médias sont PARTIELLES et FAUSSES. Ce seront les tribunaux qui devront statuer sur la question. Nous vous serions reconnaissants de mettre à jour et de modifier les informations à cet égard pour les adapter au présent.



Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :