Malva : “Le Facteur X’ a servi de tremplin pour que les gens apprennent à nous connaître”


Leur ascension vers la gloire est venue sur ‘X Factor’ mais ce trio de chanteurs faisait de la musique depuis longtemps. Malva est née de la main de trois enfants qui aimaient la musique et qui n’ont depuis cessé de composer des chansons. Maintenant, ils ont officiellement sorti leur premier single, “Todo lo que me juraste”, et ils vivent pleinement le moment qu’ils attendaient depuis si longtemps.

Bekia : Vous avez sorti ‘Todo lo que me jure’. Comment avez-vous remarqué la réception du thème ?

Malva : Nous avons été totalement surpris par l’accueil qu’a eu la chanson car, après avoir quitté ‘Factor X’, nous avons passé une petite année à enregistrer, à composer, non pas parce qu’il n’y avait pas de chansons, mais parce que nous pensions que nous ne pouvions pas sortir de quelque manière que. C’est vrai qu’à cette époque on vous dit “profitez de l’attraction”, mais ça ne nous va pas. L’attraction est en soi et faire de bonnes chansons, vous ne pouvez pas simplement monter sur le ring. Nous avons donc été surpris par la façon dont la question a été abordée par les médias, par les fans, par des gens qui ne nous connaissaient pas, donc nous sommes très heureux.

B : Que voulais-tu transmettre avec cette chanson ?

M : Si vous remarquez au début de la chanson, nous nous sommes dit au revoir en septembre. Septembre est un mois de changements brutaux. Un au revoir en septembre est plus traumatisant que n’importe quel autre mois. C’est un recommencement. Rester un peu dans l’histoire dit ‘je me suis endormi’, car demain sera un autre jour, il faut continuer. C’est le message que nous voulions faire passer.

B : Vous avez sorti un clip vidéo, comment est né ce thème ?

M : La chanson a des paroles très sombres. Dans la démo c’était déjà un peu sombre mais dans l’enregistrement qu’on a fait en studio on lui a donné un peu de lumière, ce qui lui a donné un peu d’oxygène. Dans le clip vidéo on ne voulait pas faire un clip vidéo de trois enfants là, super sympa. Nous ne sommes pas ça, nous sommes un jeune groupe mais nous voulions qu’il ait une ambiance alternative plus avec l’essence de la chanson. Par conséquent, la fille a des traits orientaux. Nous ne voulions pas faire quelque chose de standard. C’est une histoire qui va avec la chanson et la vérité est que nous avons aimé comment ça s’est passé.

B : Donc, vous aimez vous éloigner un peu de ce qui est considéré comme « normal »

M : Oui, nous ne voulons pas non plus être différents. Nous sommes des gars de notre temps et nous aimons beaucoup de choses actuelles qui se font. Nous ne venons pas ici pour être prophètes de quoi que ce soit, ni pour inventer quoi que ce soit. C’est nous qui défendons les belles chansons et les chansons qui restent dans le cœur des gens. Ce que nous ne voulons pas, c’est nous laisser guider par les modes. Nous sommes à jour, avec les tendances de notre époque mais nous pensons que l’important c’est la chanson, au-delà d’un son, d’un certain genre. Peut-être qu’un jour on aura envie de faire du trap, je ne sais pas, mais il faudra que ce soit vrai et notre vérité c’est ça.

Lire cela :   Paula Echevarría profite du concert de David Bustamante avec un collègue de 'Gran Reserva'

B : Vous composez. Dites-moi ce que nous allons trouver dans les futurs emplois

M : Vous allez trouver des chansons qui parlent de sentiments et qui parlent de vérité. Nous racontons des expériences qui nous sont arrivées. Moi, par exemple, je ne peux pas dire que je prends une retraite anticipée parce que j’ai 21 ans. Logiquement, je compte comme j’ai accompli des années et comment les choses se passent. Je vous dis aussi que l’amour n’a pas d’âge et qu’on essaie de bien soigner les paroles, peut-être pas dire les choses telles qu’elles sont et les bourrer de métaphores, car on a des références de gens qu’on admire qui le font et après tout ceux sont nos influences. Ce que vous trouverez, ce sont des lettres générationnelles et des lettres avec lesquelles, des plus jeunes aux plus âgés, vous pourrez vous identifier.

Le groupe MauveLe groupe Mauve

B : Avez-vous en tête de sortir un album à partir de maintenant ?

M : Ce que nous sommes en train de faire maintenant, c’est de terminer le deuxième single que nous sortirons en novembre, décembre ou au début de l’année, nous pensons, parce que ces choses-là, on ne sait jamais à la fin comment elles finissent. Nous prévoyons de le sortir prochainement et nous passerons de single en single pour le moment. Oui, il y a des idées de faire un EP, un LP, mais pour l’instant nous voulons sortir des singles, mélanger des chansons inédites avec des chansons que nous avons sorties sur ‘Factor X’ mais enregistrées en studio pour que les gens les aient déjà.

B : Revenons dans le passé. Comment est née Malva ?

M : Malva est née d’Alejandro, l’un des guitaristes, et moi, qui nous connaissons depuis l’âge de 6-7 ans. Nous faisons des chansons depuis que nous sommes tout petits. Nous avons rencontré Gaby quand il avait 13-14 ans et ce n’est vraiment pas un groupe de musique, c’est un groupe d’amis. Nous ne ferions pas de musique si nous n’étions pas amis. On a fait notre premier groupe dans lequel il y avait plus de monde mais au final la formation s’est réduite à nous car c’est nous qui avons décidé d’aller de l’avant envers et contre tout. On va miser sur nos rêves et passer un an à composer, enregistrer sans rien sortir et on a déjà fait Malva. Au début, nous n’avions ni nom ni rien. C’était un petit germe de Malva.

Lire cela :   Katy Perry, Miley Cyrus et Adam Levine font vibrer le Wango Tango Festival 2017

B : Avez-vous déjà pensé pouvoir aller aussi loin ?

M : Vraiment, tout s’est fait progressivement. Quand on est un nain on pense à beaucoup de choses et on rêvait qu’on continuerait à faire des chansons et à être ensemble. Bien sûr, nous n’avions jamais imaginé que la réponse serait de cette façon, mais ravis.

B : Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter à ‘X Factor’ ?

M : Parce que tu es allongé sur le canapé à la maison et que tu dis ‘il n’y a pas un groupe à la télévision qui fait des chansons’. En général, ce sont les gens qui sont un peu bizarres, non pas parce que nous ne sommes pas un peu bizarres, mais nous avons dit “voyons ce qui se passe ici”. Le producteur de ‘Factor X’ m’a contacté et j’ai pensé que je n’étais pas seul mais ils m’ont dit que je pouvais me présenter avec mon groupe. C’était une chose tellement progressive et très naturelle. A aucun moment rien n’a été recherché. Il se trouve que nous nous sommes bien débrouillés là-bas et cela a servi de tremplin pour que les gens apprennent à nous connaître. Nous sommes éternellement reconnaissants mais Malva est un groupe, il doit suivre son chemin et nous sommes ravis de tout l’amour qu’ils nous ont donné là-bas.

Malva lors de sa participation à 'Factor X' |  Photo : four.comMalva lors de sa participation à ‘Factor X’ | Photo : four.com

B : Comment vous souvenez-vous de votre passage dans le programme ?

M : Toute la question de venir à Madrid, de commencer à faire de la télévision, nous a beaucoup marqués… Après tout, nous venons de jouer beaucoup mais dans des théâtres à Murcie, pour des amis. et pour la famille. Jouer à la télévision est différent. Vous devez vous renseigner sur les caméras, les lumières, la scène, les routines, les horaires, les promos. La vérité est que cela a été une expérience au cours de laquelle nous avons beaucoup appris sur le show business.

B : Dans ‘Factor X’ il y avait Risto Mejide, qui se caractérise par être un juge implacable. Comment l’avez-vous vécu ?

M : Dès le début, nous étions un peu affligés. Au début avec Risto vous avez des doutes, mais je vais vous raconter une anecdote. On n’avait pas le nom de Malva, je l’avais un peu dans la tête parce qu’on a une chanson qui s’appelle ‘Ultravioleta’ et un jour ça m’est venu à l’esprit à la maison mais ça ne nous a pas tout à fait convaincus. Un ouvrier nous a demandé le nom pour l’écrire et on lui a dit qu’on avait pensé à Malva et quand on est sorti aux premières auditions Risto nous a dit ‘Malva, j’adore ça, je trouve que c’est super commercial’. À la suite de cela, nous avons dit “allons l’enregistrer demain”.

B : Vous êtes même devenus finalistes du format, vous y attendiez-vous en vous présentant ?

M : Pas du tout, on y est allé chanson par chanson. En fait, nous avons été surpris et nous nous sommes demandé comment cela pouvait se produire. Au final, les chansons ont été celles qui semblaient avoir été en tête, nous avons parié sur nos thèmes dès le premier instant mais nous n’avions jamais imaginé cela. Nous étions dans les derniers galas et nous pensions à quel point ils nous faisaient confiance mais après tout, vous commencez à penser que les chansons ont quelque chose.

Les garçons de Malva |  InstagramLes garçons de Malva | Instagram

B : Avez-vous déjà pensé à vous présenter à d’autres talents musicaux ?

Lire cela :   Rosalía crée sa nouvelle chanson 'Dolerme' pour rendre la quarantaine plus supportable

M : Nous le respectons beaucoup mais non, jamais. On ne vient pas de ça, on n’a pas eu de concours de talents parmi nos hobbies. Evidemment on sait ce qu’il y a, on connaît beaucoup de monde mais on n’a jamais suivi ça et on n’a jamais envisagé la possibilité de se présenter à un autre talent.

B : Considérez-vous les réseaux sociaux comme un élément fondamental pour promouvoir votre musique ?

M : Les réseaux sociaux sont incontournables aujourd’hui, surtout pour les jeunes. C’est un merveilleux instrument pour se promouvoir, pour raconter nos petites choses et le plus important ce sont les gens qui nous suivent. C’est à eux et à eux que nous devons absolument tout ce qui se passe. Sans nos abonnés, nous ne serions rien. Un groupe sans followers n’est rien, alors oui, la vérité est qu’il est essentiel d’avoir des followers et qu’il y a des gens qui nous soutiennent.

B : Avec qui aimeriez-vous collaborer musicalement ?

M : Nous avons toujours rêvé de faire quelque chose avec Dani Martín. Ce serait merveilleux parce que c’est un gars que nous admirons beaucoup, d’abord avec ‘El canto del loco’ et tout ce qu’il voulait dire et ensuite tout seul. On aimerait aussi Leiva mais on n’exclut pas de faire d’autres petites choses et j’aimerais aussi C Tangana par exemple. On ne se ferme à rien, on passe à une partie plus rock, à une autre un peu plus pop. Faites des chansons et des choses que nous ressentons, donc si Rosalía nous appelle, nous sommes également ravis.

B : Où peut-on te voir dans les mois à venir ?

M : Nous sommes à Madrid pour faire de la promotion et nous continuerons dans d’autres communautés. Nous allons essayer de toucher toute l’Espagne et nous allons faire quelques rencontres avec les fans pour voir comment ils fonctionnent et nous prévoyons que d’ici le début de l’année, nous commencerons à faire les premières dates. Nous fermons déjà les choses.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :