Lewis Hamilton, accusé d’avoir éludé 3,7 millions d’euros pour l’achat de son jet privé


Aux côtés d’autres artistes reconnus comme Madonna ou Bono de U2, celui du pilote de Formule 1 Lewis Hamilton s’ajoute désormais aux célèbres Paradise Papers. Le quadruple champion du monde aurait évité de payer la TVA sur son jet privé, précisément 3,75 millions d’euros, par l’intermédiaire d’entreprises situées dans les îles Vierges britanniques.

De cette façon, et en utilisant des sociétés offshore comme base d’opérations, l’un des athlètes les mieux payés au monde, aurait éludé 20% des impôts depuis 2011. De son côté, Hamilton lui-même a déjà fait quelques déclarations assurant que son avocat a confirmé que ce qu’il faisait était légal et qu’il faisait à tout moment confiance aux conseils prodigués par des professionnels.

“Il est parfaitement légal de choisir la location plutôt que l’achat pour réduire la TVA. L’objectif principal est d’obtenir un avantage fiscal”disent les avocats du pilote pour expliquer pourquoi ils ont créé une société, importé l’avion et déclaré plus tard qu’il était à usage commercial pour obtenir le remboursement de la TVA.

Lewis Hamilton à l'avant-première de Lewis Hamilton à l’avant-première de “La fille inconnue” au Festival de Cannes 2016

Ce n’est pas la première fois

Ce n’est pas la première fois qu’Hamilton flirte avec l’évasion fiscale. Afin de protéger sa fortune, le pilote a été impliqué dans plus d’une controverse de ce type, depuis n’est plus répertorié dans votre pays depuis 2007, lorsqu’il établit sa résidence en Suisse pour la déplacer plus tard à Monaco. De plus, Hamilton est embauché par Mercedes via une société basée à Guerney et gère ses droits à l’image grâce à une société qu’il a lui-même fondée et dont le siège est à Malte.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :