José Ortega Cano est honnête sur son séjour en prison : “Je suis sorti très renforcé”


Il n’est pas habituel de voir José Ortega Cano parler à la télévision, et ouvertement, de la facette la plus intime de sa vie. Donc encore moins écoutez-le parler de l’un des épisodes les plus difficiles et les plus compliqués comme l’accident de la circulation qu’il a subi en 2011, dans lequel son véhicule est entré en collision avec celui d’une autre personne qui, malheureusement, est décédée des suites de la collision.

le droitier a choisi le programme ‘Ma maison est à toi’présenté par Bertín Osborne, pour se souvenir de cette étape qui a abouti à son entrée en prison pendant deux ans et demi, bien qu’un an plus tard seulement, il obtienne le troisième degré, accusé d’homicide avec une grave imprudence. “Mon beau-frère m’a dit que Gloria devait aller chez une amie et je l’ai emmenée, mais j’aurais dû lui dire de venir avec moi car j’étais très fatiguée”Ortega Cano a avoué, qui a raconté comment sur le chemin du retour “j’ai eu une sorte de vertige et je ne me souviens de rien d’autre”.

Bertín Osborne interviewe José Ortega Cano dans 'Ma maison est à toi'/Photo: TelecincoBertín Osborne interviewe José Ortega Cano dans ‘Ma maison est à toi’/Photo: Telecinco

J’ai découvert qu’une personne était décédée et quand je l’ai découvert, j’ai voulu mourir moi-mêmedisant pourquoi ça ne m’avait pas touché”, a déclaré le droitier à propos du décès du conducteur de l’autre véhicule impliqué dans l’accident. Précisément pour sa mort, José Ortega Cano a été condamné à la prisonune expérience dont il n’a pas hésité à affirmer qu’il est sorti renforcé lorsque sollicité par le présentateur de l’émission. “Je m’entendais bien, dans le sens où je lisais beaucoup la Bible et écrivais beaucoup”le torero a rappelé.

Lire cela :   "Riverdale" lance sa nouvelle saison en disant au revoir au personnage de Luke Perry

Il flatte sa femme

Mais s’il y avait une personne qui ne l’a pas quitté un instant, c’était Ana María Aldón. A cette époque, ils n’étaient pas encore mariés, mais ils avaient été les parents d’un enfant nommé du même nom que le droitier. Néanmoins, la femme du torero n’a pas hésité une seconde à faire ses valises et à déménager à Saragosseville dans laquelle Ortega Cano a purgé sa peine en prison. “Ma femme a enduré l’attraction”a affirmé avec admiration qu’il était aussi l’époux de Rocío Jurado.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :