Jesús Mariñas, heureux après avoir remporté le procès contre Cayetano Martínez de Irujo


Cayetano Martínez de Irujo a perdu le procès contre Jesús Mariñas et La Razón. Le fils de la duchesse d’Albe a dénoncé le journal et le journaliste pour un crime présumé contre son honneur après un article de 2017 où Mariñas critiquait durement les actions du duc d’Arjona. Maintenant, le journaliste a décidé de parler après avoir appris que la peine était en sa faveur.

“Je n’ai pas été acquitté, il a été puni, ce qui est différent”, c’est à quel point Jesús Mariñas a été emphatique après avoir remporté le procès contre Cayetano Martínez de Irujo. Le journaliste est radieux et heureux après avoir appris la nouvelle, donnant son avis au magazine Semana sur tout ce qui s’est passé avec le duc d’Arjona.

Cayetano Martínez de Irujo quitte un procès pour une jumentCayetano Martínez de Irujo quitte un procès pour une jument

“Il ne sait pas dans quel pays il vit ni comment ce pays a changé, ni où sont certains ni où sont d’autres. Il vit dans “Les mondes de Yupi”. Il a une arrogance dépassée. Sa mère n’a jamais été comme ça parce que c’était une dame”, a commenté le journaliste dans une interview au magazine.

Le motif de la plainte

Le 12 février 2017, le fils de la duchesse d’Alba a poursuivi Jesús Mariño et le journal où il travaillait après avoir vu un de ses articles qu’il trouvait offensant. Cayetano Martínez de Irujo a estimé que son droit à l’honneur, à l’intimité personnelle et familiale et à sa propre image étaient attaqués, cependant, le juge ne l’a pas vu de la même manière. “Il ne faut pas oublier que la liberté d’expression protège même les critiques les plus ennuyeuses, blessantes ou désagréables”, pouvait se lire dans la phrase.

Lire cela :   Gil Silgado et María Jesús Ruiz réapparaissent ensemble : "Je me fiche de ce qu'ils disent de nous"

Par ailleurs, le juge a ajouté : “Ces expressions constituent une critique renvoyant à une question d’intérêt général. L’intérêt général de l’affaire est déterminé par le caractère public du demandeur, qui n’est pas un fait contesté, qui jouit d’une célébrité publique due à son appartenance à la Maison d’Albe et à sa position sociale”.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :