David Lafuente sur son premier single solo après Auryn : “Je me sens beaucoup plus moi-même”


David Lafuente franchit une nouvelle étape dans sa carrière musicale avec la sortie de son premier single solo, après plusieurs collaborations depuis la dissolution du boyband musical à succès Auryn en 2016. ‘Je veux t’oublier’ est le nom du single qui est sorti après plusieurs mois de travail à la recherche de son son le plus personnel, et avec lequel l’artiste a réussi à rester dans le Top 15 sur iTunes pendant plus d’une semaine. Le chanteur a parlé avec Bekia.es de la façon dont il vit ce moment important et de ses nouveaux projets.

Bekia : Comment vis-tu la sortie de ton premier single solo ?

David Lafuente : Très bien, la vérité est que je suis très content car c’est la chanson qui me ressemble le plus, qui n’est pas tellement reggaeton et qui est plus pop-latine et mélodique. Je me sens beaucoup plus moi. Et puis l’accueil des gens je pense a été très positif donc je vais continuer cette vague dorénavant.

B : Avez-vous eu peur face à cette sortie ?

DL : Non, pas vraiment car depuis le moment où je l’ai entendu avec la démo jusqu’à ce que je l’ai enregistré en studio je me suis senti très à l’aise, et il y avait quelque chose que j’ai vraiment aimé depuis le début et depuis que je l’ai entendu la première fois je suis tombé amoureux de donc je suis très sûr de cette chanson et je la défends à mort. Mec, chaque fois que tu sors une nouvelle chanson, ça te donne du respect parce qu’au final c’est le public qui décide, et à la fin il y a toujours cette peur qu’il ne l’aime pas.

B : Que représente cette chanson pour vous ?

DL : Un pas de plus dans ma carrière, car sur le plan musical je pense que c’est beaucoup plus à mon niveau, ce qui ne veut pas dire que l’autre a tort, mais je pense qu’ils n’étaient pas à 100% dans la mesure où je le voulais ou dans ce que je cherchais. Vous devez essayer des choses pour savoir ce que vous aimez, comme la nourriture.

B : Avec qui aimeriez-vous collaborer que vous n’avez pas encore ?

DL : Mec, si je deviens grand, j’adorerais ça avec Demi Lovato ou Maluma, mais je pense qu’en ce moment c’est un peu loin. Vous obtenez des choses en travaillant, mais en ce moment les collaborations ne le font pas, parce que je donne un coup de pouce à cette chanson et que je compose de nouvelles chansons pour mon premier EP. Je voulais aborder un sujet, seulement qu’il était déjà temps.

Lire cela :   L'hommage émouvant d'Ariana Grande à Aretha Franklin interprétant "(You Make Me Feel Like) A Natural Woman"

B : De quoi parle « Je veux t’oublier » ? Que veut transmettre cette chanson ?

DL : La chanson parle de chagrin mais de manière optimiste. C’est pourquoi j’aime beaucoup le thème, parce que chaque fois que vous parlez de chagrin d’amour, il doit être triste, ou plus mélodique ou plus lent, mais celui-ci est un peu rebelle, un peu comme “Je veux t’oublier, laisse-moi tranquille”. C’est un peu joyeux, dans le sens où ‘je suis déjà heureux comme je suis et je ne veux pas que tu viennes bousiller ma vie’.

B : Quel est le plus gros changement que tu as remarqué quand tu es passé de chanter dans un groupe comme l’était Auryn ou dans des collaborations avec d’autres artistes par rapport à maintenant que tu es seul ?

DL :Je pense que la pression, les nerfs… la responsabilité est aussi beaucoup plus grande qu’avant. Avant les nerfs étaient partagés, tu montais sur scène et au final tu te sentais plus protégé, maintenant c’est toi, les gens qu’il regarde maintenant c’est toi, il n’y a plus 4 à tes côtés, celui qui défend l’enjeu c’est toi seul et c’est une plus grande responsabilité qu’auparavant.

David Lafuente montre ses abdos sur InstagramDavid Lafuente montre ses abdos sur Instagram

B : Que pouvez-vous nous dire sur la campagne « Ya No Duele » ? Comment est né ce projet ?

DL : C’est quelque chose qui me passionne beaucoup et je voulais le faire depuis de nombreuses années mais je voulais le raconter d’une manière spéciale. C’est ma propre expérience, c’est une chanson que j’ai composée et qu’au final l’association ANAR a remarquée, qui est une association nationale très importante qui lutte contre le harcèlement et la maltraitance des enfants et je suis très excitée par la campagne que nous allons lancement à l’automne. Nous allons parcourir toute l’Espagne dans des instituts, donner des conférences, chanter la chanson en acoustique… et il y a plus de choses mais je ne peux toujours pas dire grand-chose. Je pense que ce sera très sympa et surtout j’espère que ça pourra aider beaucoup de monde, au final la musique a ce pouvoir. Qu’une de vos chansons puisse aider les gens à sortir de ce problème est la plus belle chose qui puisse vous arriver.

B : Que se cache-t-il derrière la chanson qui donne la devise à ce projet, « Duele » ?

DL : La chanson est en fait très vide musicalement, c’est une chanson acoustique brute et elle n’a rien de plus que de la guitare et de la voix, mais elle a quelque chose qui fait que lorsque j’ai fini de l’enregistrer, j’ai été ému et j’ai commencé à pleurer. Je pense qu’il a quelque chose de spécial. Ce n’est pas une chanson de grande production musicale ou quoi que ce soit, ça raconte juste une histoire et je pense que c’est ce qui ressort de la chanson, qu’elle raconte une histoire qui m’est vraiment arrivée. L’histoire de l’intimidation, qui arrive malheureusement à beaucoup de gens, je l’ai aussi vécue à l’école et une partie au secondaire. La vérité est qu’à la fin je dis toujours que cela m’a aidé à être une meilleure personne et à valoriser davantage ce que j’ai et les gens qui m’aiment, mais malheureusement, il y a beaucoup de gens qui ne le surmontent pas et meurent même pour cette raison . Je pense que j’ai essayé de faire passer dans un message ce que je ressentais quand j’étais petite, et c’est ce qui a touché l’association et les gens.

David Lafuente en couverture de son nouveau singleDavid Lafuente en couverture de son nouveau single

B : Cette étape de votre vie vous a-t-elle servi à quelque chose, par exemple face aux haters qui prolifèrent sur les réseaux sociaux ?

Lire cela :   Ariana Grande laisse entendre qu'elle est bisexuelle dans son dernier single "Monopoly"

DL : La vérité est que cela suffit. Il m’a bien servi en général. Au final, il faut croire en soi et s’aimer. Je mentirais si je disais que ça ne faisait pas mal, en fait il y a une phrase dans la chanson qui dit “Je mentirais si je disais que ça ne faisait pas mal parce qu’aujourd’hui ça fait mal au point de faire mal”. Je veux dire, c’est mentir de dire que ça ne fait pas mal mais qu’au final il faut s’aimer, croire en soi et que ce qu’une personne qui ne te connaît pas te dit n’a pas d’importance pour toi. Il y a des gens qui t’insultent, t’écrivent sans te connaître du tout simplement parce qu’ils ont ce passe-temps dans la vie, mais je pense qu’il ne faut pas lui donner plus d’importance ou le laisser t’affecter car s’il fallait être ce que chacun nous demande être, nous serions Chaque jour une personne différente.

B : Vous avez publié sur les réseaux sociaux que vous êtes déjà en train d’écrire votre deuxième livre, que peut-on en savoir ?

DL : Je suis très impatient mais j’ai été grondé dans la rédaction et je ne peux rien dire. Je dirai simplement que je l’écris, que j’en suis à quelques chapitres maintenant, et que cela n’a rien à voir avec ‘Jimmy Mortimer’, c’est une histoire totalement nouvelle sur une fille et non sur un garçon. C’est très “Jimmy”, très sombre, un peu plus sombre, pas si clair et je suis très excité.

B : Quels sont désormais les projets futurs de David Lafuente ?

Lire cela :   Les 30 ans de Joy, de Jesse & Joy, en 30 curiosités à connaître sur le chanteur

DL : Eh bien, en ce moment j’ai la tournée, je commence à déplacer la musique à travers divers endroits en direct. Maintenant je suis à Murcie, dans quelques jours je vais à Tolède, puis Grenade, Séville, Malaga… Je les annoncerai sur les réseaux sociaux. Mais concentré sur la musique, présenter un single, composer, écrire le livre, préparer la campagne pour l’association contre le harcèlement et avec ça j’en ai assez. Et quoi qu’il arrive, bougez tout le temps.

David Lafuente à la plage sur InstagramDavid Lafuente à la plage sur Instagram

B : A long terme, maintenant que les Jonas Brothers sont de retour et que tout est possible, une réunion d’Auryn serait-elle viable ?

DL : En ce moment non pas parce que chacun a sa carrière solo, nous nous en sortons bien tous les cinq, chacun à sa manière et dans sa vague et dans son style musical. Mais si je ne l’exclus pas dans le futur, je l’ai toujours dit, si un jour on revenait, même si c’était pour un concert ou quelque chose de commémoratif comme cadeau à nos fans qui étaient là, je l’aimerais et je pense que ce serait très émouvant.

B : Il y a un an, nous vous avons demandé si vous iriez à l’Eurovision et vous avez dit non parce que c’était beaucoup de responsabilités, avez-vous changé d’avis après un an ou pensez-vous toujours la même chose ?

DL : Je pense la même chose. Je ne me vois pas à l’Eurovision car au final c’est une très grosse responsabilité. Je pense que l’Espagne n’est pas positionnée à l’Eurovision. Quand tu es si exposé, imagine, entre venir d’Auryn et tout ce mouvement je pense qu’à la fin les gens attendraient que je foire juste pour attaquer. Elle me respecte un peu et je pense que dans les arènes où il ne faut pas s’impliquer, il vaut mieux ne pas s’impliquer.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :